SOLSTICE D’HIVER



Direction Artistique | Concept | Photographie | Exposition

SOLSTICE D’HIVER c’est une exposition photographique argentique comportant 5 grands formats pleins et/ou composites de 70 x 100 cm en format portait, racontant une histoire avec un début et une fin basée sur les croyances et superstitions de cette nuit la plus longue de l’année.



SOLSTICE D’HIVER a été exposé à la boutique
We Are Paris
jusqu’au 23 décembre 2015.
110 rue Caulaincourt - 75018 Paris




Le solstice d’hiver est le jour le plus court de l’année et donc la plus longue nuit. Les hommes, jadis, se rassemblaient autour d’un grand feu pour marquer le triomphe de la Lumière sur les Ténèbres. Le solstice est symboliquement le temps de la renaissance après la mort, un retour à la Lumière.

Le solstice d’hiver est symboliquement le temps de la renaissance après la mort, un retour à la lumière.
Il est associé à la renaissance du soleil dans la plupart des légendes.
Le soleil décline et les anciens craignaient que l’astre lumineux ne disparaissent à jamais, les laissant dans le chaos. En ce jour de solstice d’hiver, on fête donc le retour du soleil. A cette occasion, les anciens allumaient de grands feux de joie pour aider le soleil à renaître.

Le solstice d’hiver a été marqué par de nombreuses fêtes païennes en l’honneur du «soleil invaincu» [sol invictus] afin de célébrer le «retour de la lumière». Chez les peuples germaniques et scandinaves, Yule est une fête du solstice d’hiver occidentale préchrétienne, l’ancêtre de Noël. Il existait la couronne horizontal qui portait 4 bougies. Rouges le plus souvent, les couleurs des bougies variaient cependant selon les régions.

Chez les celtes, c’est le moment où le vieux Roi Houx, symbole de l’hiver, doit mourir. Il affronte puis laisse le pouvoir au jeune Roi Chêne, symbole du printemps et du renouveau. C’est à cette occasion que naît la tradition de la bûche que l’on brûle et qui apporte chaleur et lumière. Cette tradition découle de la tradition d’allumer de grands feux de joie (bûche qui sera détournée au profit de Noël ensuite.)

Le mot «Noël» semble d’ailleurs venir du germanique «Neue Helle» qui signifie «Nouvelle Clarté».
La liturgie chrétienne évoque, pendant le temps de l’Avent, des thèmes qui préparent l’arrivée d’un sauveur : “Sortir du sommeil.” “La nuit s’en va.” “Le jour approche.” L’être humain est invité à couver, à materner durant tout l’hiver, confronté à son intériorité.

Le solstice d’hiver est ici représenté de manière contemporaine,
alliant prises de vue intérieures et extérieures, lumières artificielles et naturelles traitées sous différentes formes.
La combustion (feu, cigarette), l’éclairement (lampadaire, ampoule, bougie) l’ornementation (guirlande).
Deux photographies de jours sont présentées, la première une forêt figée sous la neige, symbole du jour le plus court de l’année, la deuxième un ciel progressif de la pénombre à la clarté, symbole de renouveau.

Chaque photographie et composition sont orientées selon les axes suivants. Vertical, le divin, couloir d’ascension et de descente qui unit la lumière et l’obscurité. Horizontal, le terrestre, ligne progressive de temporalité se rapportant à l’humain, la nature.